Les Larmes Du Tigre Noir

Publié le par DiaKr

2000
Thaïlande
un film de Wisit Sasanatieng avec Stella Malucchi, Chartchaï Ngawsam

   Le chef d’œuvre en couleurs

 

 

   Wisit Sasanatieng n’a pas assez des paysages de la nature, des couleurs de l’univers, des belles histoires de notre monde pour faire un film.

 

   Alors il en invente.

 

   Il colorie les maisons en rose pour les rendre plus joyeuses, il peint un soleil nappé à la manière de Van Gogh, il teinte le sang en fushia pour qu’il soit moins triste, ou il gomme d’un geste tout décor qui ne serait pas assez beau pour ce qu’il veut nous dire.

 

   Wisit nous murmure de douces mélodies mélancoliques, nous chante les plus beaux airs romantiques, ou martèle ce lointain galop, cette harmonica de western.

 

   Enfin, il nous raconte une épopée improbable, un amour impossible, une attaque de bandits, il nous conte la naïveté de l’enfance, le passé et ses souffrances, une amitié trahie, puis il nous dépeint le désespoir d’une jeune demoiselle mariée de force, l’espoir, la pitié, la vengeance, le courage….

 

    Tout y est.

    Vous l’aurez compris, Les Larmes du Tigre Noir ne s’encombre pas de conventions, mais il sait rendre un hommage et s’approprier les classiques. La pellicule nous dévoile à chaque instant l’immense créativité du cinéaste, qui n’hésite pas à inventer ce dont il a besoin pour filmer des scènes d’anthologie. Et il y parvient.

  

   Parmi les chefs d’œuvres incompris…


> Quelques liens : 

Fiche Cinémasie :

Les Larmes Du Tigre Noir

 

Publié dans Critique

Commenter cet article