Goodbye South, goodbye

Publié le par DiaKr


1996
un film de Hou Hsiao Hsien avec Jack Kao,
Hsi Hsiang et Annie Shizuka

Taïwan


simple & beau




   Hou Hsiao Hsien est un des meilleurs représentants de la nouvelle vague taïwanaise.  Le style et la poésie de son Millenium Mambo ont été remarqué et reconnu par tous. Mais quelques années plus tôt, il nous offre une oeuvre qui, par son paradoxe de simplicité sophistiquée, se rapproche de la démonstration de cinéma.

   Dans le luxuriant décor de la campagne taïwanaise, on y suit les aventures d'un groupe de petites frappes, un peu perdues, cherchant difficilement à faire des affaires. Ne traduisant finalement "qu"'un aspect de cette jeunesse errante, l'intérêt profond de ce film est plutôt dans le style cinématographique, l'art employé et maîtrisé par triple H.


   On appréciera les plans statiques à la photographie réaliste et équilibrée, les longs silences exprimant avec force la détresse de ces trafiquants.
     La musique est très rare mais son rock lunaire nous emporte dans un songe dépaysant.

   Vous l'aurez compris, le réalisateur n'est pas vraiment adepte des montage hollywoodien aux 3 secondes de plan de moyenne. Mais il n'a rien à lui envier. Car ces longs plans immobiles dépeignent à la perfection les tripots de Taïpei et les petites chambres encaissées doucement enveloppées de longs volutes de fumée.


      Mais Hou Hsiao Hsien est aussi adepte des caméras itinérantes, suivant pendant un long moment notre petit groupe en moto dans la forêt tropicale.
     Cette dernière scène fait d'ailleurs partie selon moi des plus grandes scènes de cinéma. Car c'est quand la musique devient rare qu'elle est d'autant plus emportante, et c'est quand le statisme nous paralyse que ce voyage nous fait tourner la tête.


   CQFD pour Triple H puisqu'il parvient sans peine à nous montrer la puissance insoupçonnée des plans longs, qu'il soient statiques ou dynamiques.

    La sophistication de la photographie n'affecte à aucun moment la franchise et la transparence du message porté par l'histoire. Cette fois le scénario n'est pas conté mais filmé tout simplement (en apparence) et objectivement.

   Un grand moment de poésie et de voyage.
    

Publié dans Critique

Commenter cet article

guillaume 06/12/2006 08:15

tes impressions me donnent envie de voir ce film. j'ai vu récemment une autre réallisation de hou hsiao hsien, plus connue, Millenium Mambo : je te le recommande vivement.la critique du film sera prochainement sur mon blog, mais bien d'autres sont déjà accessibles !